Islam dénonce le terrorisme

Le choix de la Turquie

Le gouvernement fort en Turquie montre que les auteurs des plans diaboliques ne pourront pas avancer dans leurs objectifs. Le fait que la Turquie ait conclu de solides alliances avec la Russie et la Chine en plus de ses nouvelles alliances orientales consolide davantage cette force.

La Turquie a fait son choix le 24 juin et a nommé son nouveau président et les membres du Parlement. Le pays sera désormais dirigé par un système présidentiel, où le président sera le chef de l’Exécutif, sans l’aide d’un Premier ministre. Le nouveau système sera fermé aux gouvernements de coalition, ce qui signifie que le gouvernement sera en mesure d’agir plus rapidement et plus efficacement. La législation et l’Exécutif seront plus clairement divisés, et le gouvernement se concentrera sur ses services pendant que le Parlement votera les lois et supervisera les activités des premiers. Le président travaillera en tandem avec le Parlement pour une prise de décision sans problème.

Le président peut exercer les fonctions pour un maximum de deux mandats et les ministres du cabinet choisis par le président ne peuvent pas agir en tant que membres du Parlement en même temps. Le nouveau système permettra également d’inculper le président par une résolution parlementaire.

Le gagnant des élections a été l’Alliance Cumhur (Publique), une collaboration entre AK Parti et MHP. Au moins 10% des 52% que M. Tayyip Erdogan a obtenus pour être le président provenaient des électeurs du MHP. Cela montre que, même si le président dispose désormais de plus de pouvoir, les allégations de «monarchie» contre lui sont fausses. Désormais, l’AKP devra obtenir l’approbation du MHP dans ses politiques, ce qui fera du MHP un acteur central du Parlement.

L’alliance AKP-MHP signifie également une campagne plus forte contre l’organisation terroriste PKK et l’introduction de politiques plus fermes contre les complots visant la Turquie. Cette collaboration empêchera en particulier la réalisation du projet du Grand Moyen-Orient, qui cherche à diviser le Moyen-Orient en de plus petits pays totalement vulnérables à l’exploitation. Il est bien connu que ce projet a été officiellement lancé en Irak et en Syrie et se poursuit maintenant dans une tentative de diviser les peuples du Moyen-Orient. Une nouvelle carte du Moyen-Orient publiée dans le New York Times en 2013 prédit que cinq pays du Moyen-Orient seront divisés, donnant naissance à 14 nouveaux pays plus petits. De nombreuses cartes du Moyen-Orient similaires ont été préparées dans le passé et la région a ensuite été fragmentée conformément à ces plans. L’objectif est de créer un Moyen-Orient divisé et instable, où les gens sont complètement déconnectés et intimidés par la violence, les bombes et les émeutes, afin de faire de tous les pays de la région de nouvelles Syrie, prenant finalement le contrôle de tout le Moyen-Orient. Toutefois, pour atteindre cet objectif, il faut que les pays forts et centraux de la région soient affaiblis, empêchant des gouvernements forts. La Turquie est en tête de liste.

Pour cette raison, les architectes du projet du Grand Moyen-Orient ont pour objectif d’affaiblir la Turquie et de la rendre dépendante. Les émeutes comme les manifestations de Gezi ou la tentative de coup d’Etat manquée du 15 juillet faisaient partie de ce plan. Lorsque ceux-ci ont échoué, les institutions de notation de crédit sont intervenues et ont utilisé la hausse du dollar comme prétexte pour montrer que la Turquie n’est «pas adaptée aux investissements». Le plan était de démontrer et de présenter l’économie de la Turquie comme étant en faillite dans le but d’éloigner les électeurs du parti AKP et finalement de lui faire perdre les élections.

Pour ces raisons, il était crucial que le gouvernement fort de la Turquie se poursuive afin de décevoir les souhaits de ceux qui ont planifié la division du Moyen-Orient après les élections. Le peuple turc a donné une parfaite réponse le 24 juin. Le gouvernement fort en Turquie montre que les auteurs des plans diaboliques ne pourront pas avancer dans leurs objectifs. Le fait que la Turquie ait conclu de solides alliances avec la Russie et la Chine en plus de ses nouvelles alliances orientales consolide davantage cette force.

Ce projet a déjà échoué en Turquie le 15 juillet. Maintenant, la Turquie et, en fait, tout le Moyen-Orient sont encore plus forts. L’Alliance Cumhur, actuellement au pouvoir en Turquie, est pleinement consciente des dangers auxquels la Turquie est confrontée et façonne ses politiques en conséquence. L’alliance AKP-MHP continuera de contribuer à la Turquie à l’avenir également. MHP a un énorme potentiel de vote surtout parmi la jeunesse turque. Une fois que la menace du PKK sera contrecarrée, la confiance du peuple en l’AKP et MHP augmentera encore plus.

Les résultats des élections ont donné un autre message important. Ils ont montré que l’AKP ne pouvait toujours pas gagner le cœur des habitants des villes côtières et du nord-ouest de la Turquie. Il est clair que l’AKP devrait évaluer les raisons de la forte réaction dans ces régions et comprendre les préoccupations de la population. Les habitants des villes côtières craignent toujours que leurs libertés et leur modernisme soient restreints. C’est probablement le problème le plus important sur lequel le gouvernement devrait travailler.

L’AKP a mené à bien des projets de développement couronnés de succès et la Turquie a connu des progrès considérables au cours des 15 dernières années. Une fois que ces réalisations seront soutenues par de nouveaux progrès dans les arts, la qualité et le modernisme, les gens se sentiront plus confortés et satisfaits.

En effet, le président Erdogan a souligné l’importance de ce point dans son discours post-électoral : «Nous ne permettrons jamais à quiconque d’être discriminé ou isolé en raison de son appartenance ethnique, sa foi, son choix vestimentaire, son style de vie ou pour toute autre différence.» La réalisation de cette promesse donnera lieu à des changements importants en Turquie.

Il ne faut pas oublier qu’un pays en bonne santé n’est possible que lorsque le leadership est fort et que les femmes et les jeunes sont totalement libres et contribuent à la société. Les droits des femmes, l’une des plus grandes cibles de l’extrémisme, devraient être considérés afin de défendre et d’assurer l’égalité dans la vie sociale et politique. Nous espérons que ce sera une ère de beaux développements pour la Turquie et le Moyen-Orient.

http://aujourdhui.ma/monde/point-de-vue-le-choix-de-la-turquie

2018-07-07 20:56:56

Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top