Islam dénonce le terrorisme

Les nouveaux mouvements de la Russie en Syrie

La guerre civile en Syrie se poursuit depuis maintenant cinq ans, mais malheureusement, elle est considérée comme un événement ordinaire par la plupart des gens. Aujourd'hui, ce conflit mortel a fait à nouveau les gros titres. Ceci parce qu'il ne touche plus seulement la Syrie et ses voisins mais aussi l'Europe et les États-Unis. Pour ma part, il serait incorrect de l’appeler toujours une guerre civile en raison de son impact clairement étendu.

L’une des nouvelles les plus importantes concernant la guerre syrienne est la crise des réfugiés en Europe. De nombreux commentateurs considèrent cette catastrophe comme l'une des pires après la Seconde Guerre mondiale. Il est très probable que celle-ci soit à l'ordre du jour pendant encore longtemps puisque les pays européens ne sont pas très prêts d’accueillir les réfugiés fuyant les zones de guerre en Syrie. Les pays voisins qui accueillent près de 95% des réfugiés sont dépassés car ils ont des ressources économiques limitées.

L'autre développement crucial est l’expansion de la présence militaire de la Russie en Syrie. Beaucoup de journalistes locaux et internationaux ont abordé ce mouvement dans leurs colonnes et ont déclaré que la Russie changeait la donne dans la région. Cette avancée a déstabilisé de nombreux acteurs dont l'administration des États-Unis. Toutefois, la Russie a certaines préoccupations légitimes propres dans la réalisation de telles initiatives. Je tiens à souligner que je suis fermement opposé aux solutions d’effusion de sang et que je crois en la puissance de l’utilisation d’une armée en tant que force de dissuasion pour la sécurité des individus, plutôt qu’en tant qu’outil offensif.

Bien que la guerre froide soit terminée, il est assez clair que les alliances comme l'OTAN et l'UE sont susceptibles de suivre un programme d'isoler la Russie. Ce mobile est devenu plus évident avec le début de la guerre syrienne et a exacerbé la crise ukrainienne qui a éclaté au début des années 2014. Alors que l'OTAN et les Etats-Unis ont effectivement commencé à utiliser leurs bases militaires au Moyen-Orient et que la Turquie autorise l'armée américaine à utiliser la base Incirlik dans la province d'Adana en Turquie, il est compréhensible que la Russie tente de protéger sa base navale dans le port syrien de Tartous créé en 1971. En outre, la Russie ne nie pas le renforcement de sa base navale et le fait qu’elle fournit une aide militaire à la Syrie en vertu du contrat qu'ils ont signé pendant la guerre froide. Les rumeurs qui se propagent dans les médias sur l'expansion militaire de la Russie en Syrie avec des titres tels que “La Russie intervient militairement en Syrie” a escaladé les tensions en Occident après quoi le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré à Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, que si les informations étaient correctes, cela aggravera la guerre. L'administration américaine a demandé à la Grèce de refuser à la Russie l'utilisation de leur espace aérien pour les vols après que le ministère bulgare des Affaires étrangères ait bloqué les avions de transport de l'aide russe dans l'espace aérien bulgare. La force aérienne russe a commencé à utiliser l'espace aérien iranien, en route vers la Syrie et en plus de cela; 39 navires de guerre russes ont traversé les détroits turcs au cours des huit premiers mois de 2015. Surtout, bien qu'il n'y ait pas de déclaration officielle de la part de l'administration syrienne, selon certains rapports locaux, la Russie a entamé la construction d’une base aérienne militaire à l'aéroport de Lattaquié dans Jableh, officiellement connu comme l'aéroport international de Bassel al-Assad. Il est important de noter que cette base aérienne potentielle est à 180 km au sud de la base aérienne d'Incirlik en Turquie.

Ce ne sont pas seulement les États-Unis qui sont inquiets de l'implication plus renforcée de la Russie en Syrie. Le Premier ministre Netanyahu s’est également préoccupé pour la sécurité d'Israël. Par conséquent, il a effectué une visite d'urgence à Moscou et a convenu avec Poutine de former un mécanisme de coordination pour éviter les incompréhensions mutuelles et les confrontations inattendues. Suite à cette rencontre, Netanyahu a déclaré: “Israël et la Russie partagent un intérêt commun pour assurer la stabilité au Moyen-Orient.”

Actuellement, la Turquie lutte contre l'organisation terroriste PKK et se prépare aux élections anticipées qui auront lieu le 1er Novembre. De l’autre côté, la Turquie propose toujours son plan de former une zone tampon et une zone d'interdiction aérienne pour protéger les civils syriens à la frontière de la Syrie. En raison des récentes tensions en Syrie, le ministre turc des Affaires étrangères Sinirlioglu a visité son homologue Lavrov, qui a dit que les deux pays soutiennent un Moyen-Orient démocratique et sécurisé en dépit de leurs approches différentes dans la région. Lavrov a également ajouté: “la Turquie a été l'un de nos partenaires essentiels dans l'arène internationale. Nous échangeons constamment des avis à propos de tout conflit international, y compris sur la Syrie, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.” Le  Président Erdoğan prévoit également une visite à Poutine pour améliorer les liens mutuels et trouver une solution au conflit en Syrie.

L’autre préoccupation de la Russie dans la région est l'extrémisme et le terrorisme. Son intention est de prendre les précautions nécessaires avant que cette menace atteigne le Caucase. Ainsi, elle cherche à protéger les régions appartenant au régime syrien et à préserver sa propre domination. En outre, avec la création de la zone tampon, une alliance entre la Turquie et la Russie pourrait jouer un rôle important dans la lutte contre le terrorisme.

Il est une réalité évidente que la guerre syrienne ne finira probablement pas avec le bombardement des forces de la coalition ou avec d'autres méthodes d'effusion de sang. Il serait raisonnable de donner à Assad la région entourant Lattaquié, Tartous et Damas. Toutefois, la condition la plus urgente doit être d'arrêter les bombardements du régime sur les autres régions en dehors de cette zone, et donc de mettre un terme aux décès de civils. Pour les autres parties de la Syrie, la meilleure option pour éliminer le radicalisme est d'établir la zone tampon avec la Turquie, qui serait garante. Avec les renseignements des services acquis en tant que résultat des efforts conjoints et la protection des civils dans la zone tampon, il n'y aura pas de place au radicalisme. Ceci sera au bénéfice de tous les civils vivant à l'intérieur des frontières du régime ou des parties restantes. Lorsque la région se rétablira, une élection démocratique équitable incluant également Assad en tant que candidat et les gens de l'opposition modérée en Syrie sera possible. Le nouveau gouvernement élu ne devrait pas chercher des solutions à travers l'effusion de sang mais à travers la diplomatie et la compréhension. Une alliance des pays de la région y compris de la Russie produira des solutions fructueuses pour le bien-être du peuple syrien.

Article d’Adnan Oktar sur Pravda.ru:

http://english.pravda.ru/world/asia/25-09-2015/132140-russia_syria-0/

2015-10-21 15:40:49

Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top